En 2017, dans le cadre de son 25 ème anniversaire, Arte organise 2 expositions. Après l’exposition de Stephan Balkenhol, c’est le projet de Thierry Millotte qui a été retenu. Cette seconde exposition est composée de 3 parties « Star », « Bruit, silence, bruit » et « Paniniclub » .

1 « Star »

La pièce maîtresse de l exposition est une image pixélisée de la Joconde intégrée à l’architecture. Pour assurer le bon fonctionnement de l’installation 2 conditions sont réunies, la grande notoriété de Mona Lisa et le bâtiment d’Arte qui offre la possibilité de prendre de la hauteur dans les étages tout en gardant un point de vue sur l’installation. Le principe du pixel art utilisé ici, impose au spectateur une prise de  recul pour décrypter et accéder au sujet. Au delà du fait de mettre en avant le pixel qui est aujourd’hui la composante de base de l’imagerie numérique, cette installation, de manière plus métaphorique nous parle principalement de la position et de la responsabilité du spectateur face à lecture des images.

2 « Bruit, silence, bruit »

La deuxième partie de l’exposition est un triptyque, accroché dans les paliers de chacun des 3 étages.

L image du premier étage est un bruit analogique, une neige cathodique. L’image silencieuse du 2ème étage est une évocation du saut dans le vide que propose l’exploration des nouveaux territoires numériques. L’image du 3ème étage représente un bruit numérique.

Ce triptyque est une histoire simple et elliptique du passage historique des technologies analogiques aux technologies numériques.

3 « Paniniclub »

Dans les années 2000, Arte va devenir une des premières, sinon la première chaîne de télévision au monde à s’affirmer ouvertement « Bimédia ».

L’adaptation aux nouveaux usages de réception et de diffusion, va bouleverser les savoir-faire .

Cette pièce est un corpus de 18 images autocollantes présentant des objets techniques audiovisuels en grande partie devenus obsolètes.

Inspiré du principe des collections Panini, les images regroupées de manière aléatoire dans de petites pochettes fermées, ainsi qu’un album sont mis à disposition du public. A chacun, par l’échange et au rythme qui lui convient, d’essayer de compléter la collection de 18 images et remplir son album édité sous la forme d’un dépliant cartonné.Cette œuvre interactive et conviviale est, au delà de l’aspect narratif, une métaphore à hauteur d’homme, de ce qu’est la circulation des images à l’échelle d’un monde connecté.